Marché aux Puces de Saint-Ouen

Marché Serpette 
Stand 9 Allée 1 sur cour devant le palmier

F -93400 Saint-Ouen

Marta Bryl - Archéologie

Horaires d'ouverture 

Samedi       10h30 - 18h
Dimanche   10h30 - 18h

GRECE

Les potiers athéniens n'ont inventé ni la poterie, ni l'usage du tour, qui était apparu à la fin du IVème millénaire au Proche-Orient et s'était répandu dans l'ensemble du bassin méditerranéen. Mais il n'en est pas moins vrai que, grâce à la qualité de ses gisements d'argile et à l'habileté de ses potiers, Athènes produisit durant plusieurs siècles une céramique sans équivalent dans le monde grec. La domination de la céramique attique commence à s'établir vers la fin du VIIème siècle av. J.-C supplantant la production corinthienne. Continuer la lecture...
Cette dernière comporte deux séries de formes qui évoluent en parallèle: 
D'une part, une série abondante de petits vases à figures noires, - flacons destinés à contenir les huiles ou les parfums qui ont fait la renommée de Corinthe, tels que les aryballes, alabastres, lécythes dont le décor consiste le plus souvent en frises d'animaux, réels - félins, capridés, sangliers... - ou fabuleux, le sphinx et la sirène étant les plus populaires. Les représentations de figures humaines, et plus particulièrement les scènes mythologiques, font exception.
D'autre part, des pièces de plus grande dimension destinées à pourvoir aux nécessités de la vie quotidienne - tels que les olpés, cratères ou exaleiptrons. La céramique corinthienne se caractérise par une argile jaune clair et une décoration peinte recourant à la technique de la figure noire, avec des incisions au moyen d'un stylet, les motifs figuratifs étant de surcroît entourés par des taches de couleur. Au cours du VIème siècle av. J.-C. cette céramique est diffusée dans presque tout le monde méditerranéen; elle sera abondamment imitée en Etrurie. Malgré son succès, elle doit céder le pas, à partir de 550 av. J.C., à la concurrence athénienne qui, par la qualité de ses produits, d'abord à figures noires et puis à figures rouges, régnera jusqu'à la fin du IVème siècle av. J.-C. 

En 550 av. J.-C., la céramique attique supplante la céramique corinthienne. Les thèmes préférés des peintres sont les moments tirés des poèmes sur la guerre de Troie, des scènes religieuses, mais aussi des scènes de la vie quotidienne : femmes au gynécée ou à la fontaine, banquets et vie à la palestre. Le style de la figure rouge apparaît à Athènes vers 530-520. Il constitue rapidement le fer de lance de la production attique, lui permettant de s'imposer comme seule grande école à la période classique. Il consiste en une inversion de la figure noire : le fond est peint en noir, les figures ayant la couleur de l'argile ; les détails sont peints et non plus incisés. Certains peintres pratiquent toutes les techniques : figures rouges, noires, combinaison des deux, figures noires sur fond blanc. 

0